28/09/20 – Mon témoignage pour que le harcèlement sexuel dans la musique cesse !

En 2016, je prépare ce qui deviendra mon album “Boogie-Woogie Style” et je cherche un arrangeur/producteur pour l’enregistrer. On me présente un pianiste de Boogie-Woogie et programmateur de festival qui me dit qu‘il serait intéressé pour le réaliser. Je n‘aime pas beaucoup sa manière de me caresser le dos quand il discute avec moi mais n‘ose rien dire. Il me dit très vite qu‘il en pince pour moi et je mets les points sur les i : je ne suis pas intéressée comme vous pouvez le voir dans les 2 textos ci-dessus. Du coup, il me dit que notre collaboration s’arrête là. Or, cela s’appelle du harcèlement sexuel et du chantage sexuel. J’ai donc décidé de porter plainte et de m’exprimer ouvertement sur le sujet pour que mon agresseur (et j’espère par son exemple d’autres hommes) comprennent qu’il est intolérable d’user de son pouvoir quel qu’il soit pour imposer une relation sexuelle à une personne qui n’est pas consentante. Le Parisien m’a interviewée ainsi que mon agresseur lundi 28 septembre dans son article #Metoo, et maintenant la musique. Espérons que le mouvement prenne de l’ampleur et que les plaintes enregistrées par les femmes aient une suite. À ce jour, 83% des plaintes pour harcèlement au travail sont classées sans suite. Quand on sait qu’un très petit pourcentage de femmes ose porter plainte… Bref, y’a du pain sur la planche et c’est un combat qui mérite d’être mené. Je fais donc mon possible à mon petit niveau pour que l’opinion publique se rende compte à quel point ces comportements archaïques sont enracinés (et pas que dans le monde de la musique) et je souhaite de tout coeur que grâce à la parole donnée aux victimes, un changement profond des mentalités s’opère dans la société. Il faut que ça cesse. C’est in-to-lé-rable en 2020 !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *